Saule, pieds nus dans les aiguilles

Saule, pieds nus dans les aiguilles
Théâtre de la Berlue
Belgique (FWB)
turbulences-saule1
© Beata Szparagowska
Éden (Charleroi)
25.11.2021
20:00
Saule est une adolescente. Et, comme tous les adolescents, elle cherche ses repères, ses limites, ses désirs. À la recherche d’un père qu’elle ne connaît pas, elle se cogne contre tout ce qui l’entoure : sa mère, ses peurs, les réalités de la vie.
#Théâtre

Comme Alice au Pays des merveilles, Saule chemine seule, sans protection. Dans cette quête de soi sans concession, elle court tête baissée sans trop savoir où elle va ; elle court après des fantômes, prend des risques et se met en danger. Elle se retrouve dans les égouts et fait d’étranges rencontres initiatiques : un rat, une araignée… Et tout comme pour Alice, la question première est : « Mais où finit le rêve et où commence la réalité ? ». Car, dans le monde quel qu’il soit, la frontière entre rêve, cauchemar et réalité est si mince qu’on en arrive parfois à douter de son existence.

Saule, pieds nus dans les aiguilles parle de ce flou du rêve confronté à la brutalité de la réalité. C’est un conte moderne, cruel et poétique, l’histoire d’une fêlure où l’humour côtoie l’étrangeté et la gravité. C’est la vie telle que Saule la perçoit, la vit, la sent. Et si ça gratte, ça pique, ça fait rire, ça brûle ou ça déchire, c’est parce que c’est important, essentiel, logique, à vif et à fleur de peau. C’est l’adolescence, la vraie !

Écriture : Violette Léonard (texte publié chez Lansman Éditeur, Théâtre pour la jeunesse, 2020). Un projet initié par Paul Decleire. Mise en scène : Xavier Lukomski. Assistanat à la mise en scène : Emmanuelle Bonmariage. Avec Philippe Constant, Chloé Larrère, Nathalie Rjewsky, Marvin Schlick et David Callas. Musique : David Callas. Scénographie et costumes : Zouzou Leyens. Assistanat scénographie : Charlotte Hermant. Création lumière : Reynaldo Ramperssad. Travail corporel : Natacha Nicora. Chorégraphie de combat : Émilie Guillaume. Confection costumes : Isabelle Airaud et Samuel Dronet. Régie lumière : Isabelle Simon. Régie son : Gaëtan van den Berg. Habillage : Pauline Miguet. Construction décor : Guy Carbonnelle (Quai 41). Chargé de production : Camille Grange

Production : La Berlue, Rideau de Bruxelles, Pierre de Lune - Centre Scénique Jeunes Publics de Bruxelles, Centre culturel de Dinant, La Coop asbl. Avec la participation du Centre des Arts scéniques. Avec le soutien de Shelterprod, taxshelter.be, ING, Tax-shelter du gouvernement fédéral belge - Merci tout particulier aux Entreprises générales Dherte S.A. Avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre - Conseil TEJ, La Roseraie

Médiation… Rencontre avec l’autrice Violette Bernard

Après la représentation, Vincent Romain du Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles entrera en dialogue avec Violette Léonard pour évoquer la naissance de cette pièce et le processus d’écriture de l’autrice.